Élodie Noël-Céphise, Miss Courage


Passionnée et créative, rencontre avec cette jeune femme que l’on surnomme Miss Courage Perchée sur ses ambitions, Mademoiselle Courage est armée d’assurance, d’aisance et de volonté. D’une nouvelle attitude puissante, cet être nous relate son vécu en tant que fille qui a souvent été jugée pour son apparence et qui a su malgré tout, relever sa plus grande peur. They say fairer is better… Solitaire et timide, la petite Elodie avait du mal à se faire des amis. Stigmatisée à cause de son physique, celle-ci a du mal à s’adapter dans son environnement scolaire. Ce mal-être l’accompagne même au collège, où elle décide néanmoins de se réfugier dans l’art. Le dessin lui permettant de s’évader, elle en fait sa matière principale au niveau de la HSC. Première en théologie, la jeune femme travaille pendant un an et demi, étant donné que les études de beaux-arts sont coûteuses. Fin 2010, Kathleen Minerve, une de ses amies d’école, débute en tant que photographe et a biensûr besoin d’un modèle. Saisissant l’occasion, Elodie se laisse aller à des séances shooting qui lui ouvrent les portes du monde glamour. Commencent alors les nouvelles rencontres avec plusieurs photographes ou maquilleurs, dont Hans Dax, que l’on ne présente plus. Are you happy with yourself ? Tout en enchaînant avec les photographies, la miss crée sa page d’art. En effet, sa passion pour la peinture ne ternit point. Elle reçoit d’ailleurs plusieurs commandes, dont des tableaux utilisés à fin décorative. Cultivant plusieurs rêves, cette âme courageuse compte plus tard réaliser celui qui lui tient à cœur, faire l’exposition de son art. Elle se concentre aujourd’hui sur l’amélioration de son style de peinture. N’ayant point de thèmes précis, celle-ci préfère toutefois peindre les émotions et surtout la femme : « Je peins la sensualité de celle-ci, en mettant l’emphase parfois sur les différentes parties du corps (…) ». Selon elle, cet instant d’évasion la transporte dans un autre monde. « Je mets de la musique et il n’y a plus que ma toile, mon matériel et moi. Je me perds totalement dans ce moment de création. » En 2016, le casting du concours Estrella attire son attention. Celui-ci a quelque chose de différent pour elle. Il ne se concentre pas principalement sur les critères esthétiques. Encouragée par son beau-frère, elle se dit : « Pourquoi pas ? ». Elodie est toutefois assaillie de doutes, car ses complexes lui mènent toujours la vie dure. Son ami Hans réussit à la persuader en lui mentionnant qu’elle se doit d’être un modèle pour ses élèves. Elle se dit alors qu’elle le ferait pour eux étant donné qu’elle est celle qui motive toujours les autres à surmonter leurs peurs : « Un bon début serait que j’en fasse de même. »

Notre miss ne se limitant pas qu’à l’enseignement se lance sans avoir froid aux yeux : « Qui a dit que je ne peux avoir d’autres rêves et les réaliser? »

This time I'm gonna take the crown Without falling down… En effet, lasse d’être critiquée à cause de son physique, elle finit par se retrouver dans le top 8. Ceci est une grande victoire pour elle, car elle a pu faire entendre sa voix, exposer son être. Quand on lui demande ce que cette compétition l’a apportée, nous avons eu droit à une généreuse liste de ses différentes compétences acquises : « J’ai développé plus de confiance en moi, j’ai appris à me contrôler en situation de stress, d’émotions fortes, à gérer la négativité des autres (…) ». Les valeurs qu’elle met en pratique telle que la simplicité, la permettent de gagner le cœur du public. Elle nous partage qu’elle a voulu être différente, se démarquer des nombreux préjugés que l’on a des Miss. Ainsi, elle agit en toute humilité, disposée à répondre aux nombreux messages qu’elle reçoit et en restant terre-à-terre. Au cours de cette aventure se firent aussi plusieurs rencontres qui sont devenus de véritables amitiés. Elle explique avoir évoluée au sein d’une compétition saine. Vivre en communauté avec ces différentes candidates l’a appris à surmonter ses incertitudes.

It’s the soul that needs a surgery Selon son humble avis, pour mériter le titre de Miss, il faudrait tout d’abord que la demoiselle soit belle à l’intérieur, qu’elle possède un cœur pour servir et encourager les autres. En d’autres mots, qu’elle soit « un exemple pour tous ». C’est d’ailleurs de là que vient son nom de « Miss Courage ».

« Je voudrais surtout parler de mon histoire et de comment je n’ai pas laissé aux autres décider de ce que je veux être. » Perfection is the disease of a nation Miss Noël-Céphise a sans doute un message aux jeunes filles qui se sentent mal dans leur peau, qui pensent qu’elles ne sont pas assez rondes, minces ou jolies :

« Avant d’aimer les autres, il faut commencer à s’aimer soi-même, trouver ce qu’il y a de beau en soi. Croyez-en vous, en votre potentiel, car quand vous vous sentez bien dans votre peau, les autres suivront. Prenez le temps de cultiver la positivité. J’ai appris que c’est vraiment bête de se comparer aux autres car chaque être est unique.»






A DECOUVRIR

SUPPORT

Nos Annonceurs partenaires

REJOINGEZ NOUS SUR

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle