LE SIXIEME SENS


Notre cerveau est constamment amene à traiter une multitude d’informations qui nous parviennent grâce à nos cinq sens, l’odorat, le gout, le toucher, la vue et l’ouïe. Ce que l’on oublie de préciser c’est que ces sens sont tournés vers l’extérieur (on parle d’exteroception). Ils recueillent des informations provenant de l’extérieur de notre corps ; or nous pouvons aussi recueillir des informations à l’intérieur de notre corps grâce a des capteurs disséminés partout à travers notre corps, sous notre peau, dans nos organes ou dans les muscles par exemple qui nous procurent des sensations internes de confort ou d’inconfort (mal de dents, fluctuation de température, mal au genou) et nous aide à avoir une conscience précise du positionnement de notre corps dans l’espace; Nous parlons là de proprioception ou comme certains spécialistes l’appelle: le sixième sens. Observons un enfant de 10-11 mois qui commence à se mettre debout, il ne connait rien de son environnement ni de son fonctionnement, encore moins des gestes et mouvements qu’il doit faire pour interagir avec son environnement. Imaginons la scène, cet enfant de 10 mois se dresse, en poussant sur ses jambes, s’agrippe au pied d’une chaise pour supporter son poids, il perd légèrement l’équilibre et arrive par un geste reflex à se rétablir et retrouver une position stable en décalant une jambe sur le cote et balancer son poids de l’autre. Il retrouve une stabilité et se tient debout, droit en balançant son corps de gauche à droite pour rester en équilibre. Il n’a pourtant jamais appris la logique de ce geste, ni le rapport de force à générer pour arriver à une juste balance. Cette scène banale et ordinaire pour nous adulte est tout à fait extraordinaire pour cet enfant dont le corps s’est actionné de façon tout à fait inconsciente pour accomplir une tache. C’est là toute la « magie » de la proprioception. Notre corps, cette machine exceptionnelle. La proprioception se révèle de façon inconsciente et nous nous en rendons compte lorsque l’on perd cette faculté ou qu’elle diminue; l’alcool et la drogue aussi ont le pouvoir de « switch off » la proprioception. Le système vestibulaire (organe barométrique situé dans l'oreille interne, qui contribue à la sensation de mouvement et d’équilibre) la vue et la proprioception fonctionnent ensemble pour permettre à l’homme de maitriser l’équilibre. Ainsi un aveugle par exemple à qui il ne reste que deux facultés pour maitriser l’équilibre surdéveloppe la proprioception afin de se positionner dans l’espace et assurer une stabilité de son corps. Cette logique pousse certains scientifiques et coachs sportifs à inclure des séances de renforcement proprioceptif dans leur entrainement, et faire travailler de plus en plus l’athlète dans des conditions ou l’on inhibe la vue, dans le noir par exemple ou un changement de terrains d’entrainement par des sols instables, afin d’accentuer les capacités de proprioception. En le faisant le risque de blessure est grandement réduit, les sensations sont augmentées et le corps gagne en réactivité lorsqu’il doit s’ajuster à une situation et répondre avec plus de justesse a un stimulus. Pour des athlètes ce sont là des détails

qui peuvent faire la différence entre la 1ere et la 2eme place. Texte ; Ugo Dalais Article sponsorisé par I-motion gym www.imotiongym.com

A DECOUVRIR

SUPPORT

Nos Annonceurs partenaires

REJOINGEZ NOUS SUR

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle